Karaté Shotokan Rawdon
menu

Instructeurs

Julie Arseneault, fondatrice de Karaté Shotokan Rawdon et instructrice

Jean- Michel Lapointe, instructeur 

Dominic Bilodeau, assistant 

 

Bonjour, 

je me nomme Julie Arseneault, fondatrice et instructrice au Dojo de Karaté Shotokan Rawdon, membre de l’A.K.S.


Mon travail dans les domaines d'enseignement au niveau de l'activité physique et de la santé, a débuté, il y a de cela, près de 36 ans.  


J'enseigne actuellement le Karaté Shotokan , différents styles de yoga, la méditation, le Pilates-Yoga, le Pilates classique et le Pilates-danse. 


Mon objectif est de vous transmettre toute la richesse de ces différentes techniques, afin de vous conduire vers un esprit sain dans un corps sain.


Mes débuts au Karaté Shotokan furent vers 1973. 

J'étais encore toute petite, mais mon père, Raymond Arseneault , enseignait déjà le karaté Shotokan et le yoga à cette période. Il avait suivit les enseignements du Maître Arry Anastasiadis. 


Vers l'âge de 3-4 ans, je participais à des démonstrations de karaté dans les écoles secondaires, ainsi qu’à des spectacles chorégraphiés  d'arts martiaux. 

Par la suite, le ballet classique et le yoga prirent beaucoup d'importance, pendant plusieurs années.  


Vers l’âge de 18 ans, lors de mes études à Saint-Hyacinthe, c’est en assistant aux compétitions de karaté de l’un de mes amis que le goût me reprit de faire un retour vers les arts martiaux. 


J’ai exploré sur plusieurs années le Karaté Zen Do Kai avec Sensei Réal Martel et Sensei Daniel Brunette, l’Iaido, l’Aïkido, le kick-boxing, le Wushu, le point fight avec Shihan Patrick Lavallée, pour finalement revenir à mes sources premières du karaté Shotokan, en m’entraînant plusieurs années, auprès de Sensei Joël Ross et Sensei Christian Brunet à Saint-Jérôme. 

La supervision de Sensei Nancy Cromp, Nancy Gasse et Jean-Michel Lapointe fut grandement appréciée au long de ces années. 

Le Karaté Shotokan a reprit sa place solidement dans ma vie depuis maintenant de nombreuses années. 

Le karaté-dô étant l’un des chemins qui me guide vers l’épanouissement du corps et de l’esprit. 

Actuellement, je m’entraîne et reçois  les précieux enseignements en Shotokan auprès de Sensei Ricardo Ferro, Lucie Hébert et Steven Rousseau au Club de Karaté Maskoutain. 

Je m’entraîne et reçois de précieux conseils également auprès de Sensei Hassen Aït du Club de Karaté Mugen.

Nous avons la chance également de recevoir les enseignements directement du directeur technique de l’A.K.S.  Sensei Yutaka Katsumata (8 ieme  dan de la JKS. )

Le karatéka gravit les marches de la connaissance au fur et à mesure de son entrainement, il y a toujours plus à apprendre et à comprendre, le karaté étant la quête d’une vie entière.

 

Bonjour, je me nomme Jean-Michel Lapointe.

 

Passionné d’art martiaux depuis mon jeune âge, j’ai commencé à pratiquer le karaté Shotokan dès l’âge de 7 ans. Impressionné par les mouvements de vedettes de cinéma, le karaté était, au départ, un moyen d’apprendre à imiter mes idoles. Cela m’a permis de persévérer à mes débuts, et même si aujourd’hui ma vision du karaté est complètement transformée, je garde le même plaisir à pratiquer cette discipline après 20 ans d’expérience.

 

À travers les années,  j’ai eu la chance d’explorer d’autres sports de combat, tels que  la boxe, le karaté Kyokushin et les arts martiaux mixtes, pour finalement revenir au karaté Shotokan. Actuellement,  je m'entraîne et enseigne le karaté Shotokan au Dojo de St-Jérome et  je pratique également le kickboxing.    

 

Le karaté est une discipline à cheval entre un monde de traditions et un monde moderne et c’est cette combinaison qui la rend si captivante. Avant, le karaté était une méthode d’autodéfense et de survie, maintenant c’est un entraînement quotidien complet pour le corps et un excellent moyen de contrer le stress. De plus, il est possible de se dépasser par la compétition, qui est une façon remarquable de vérifier ses acquis et de s’améliorer.

 

Je suis un pratiquant de Shotokan à part entière, toutefois je garde l’esprit ouvert sur le monde des arts martiaux en général, car je crois fondamentalement que c’est l’ensemble des visions différentes et un esprit de synthèse qui nous permettent de progresser.